robe


robe

robe [ rɔb ] n. f.
XIIe; germ. °rauba « butin » (cf. dérober), d'où « vêtement dont on a dépouillé qqn »
IVêtement qui entoure le corps. A
1Dans l'Antiquité, en Orient, Vêtement d'homme d'un seul tenant descendant aux genoux ou aux pieds ( chiton, tunique). Robe prétexte, robe virile. toge.
2Vêtement d'homme distinctif de certains états ou professions. Robe de prêtre ( 2. aube, soutane) , de moine ( froc) . Cardinaux en robe rouge. Robe de professeur, aujourd'hui uniquement portée dans les cérémonies officielles, par-dessus d'autres vêtements. ⇒ épitoge. Robe de magistrat, d'avocat.
Anciennt LA ROBE : un des états sous l'Ancien Régime (hommes de loi, justice). Gens de robe. Noblesse de robe, conférée par la possession de certains offices de judicature. Sa mère « appartenait à une ancienne famille de robe et de finances » (Sainte-Beuve). Homme de robe. robin.
3Vêtement d'enfant en bas âge. Robe de bébé. Robe de baptême.
4(1576) ROBE DE CHAMBRE : long vêtement d'intérieur, pour homme ou femme, à manches, non ajusté. ⇒ déshabillé, douillette, peignoir. Être en robe de chambre et en pantoufles. « Regrets sur ma vieille robe de chambre », opuscule de Diderot. « Aucune robe “de ville” ne vaudrait à beaucoup près la merveilleuse robe de chambre de crêpe de Chine ou de soie [...] qu'elle allait ôter » (Proust). Robe d'intérieur. Fig. Pommes de terre en robe de chambre, cuites avec leur peau (bouillies, à la vapeur, au four). Pommes de terre en robe des champs (déformation voulue, attestée postérieurement).
B(XIIe) Vêtement féminin de dessus, couvrant le buste et les jambes. Mettre, enfiler une robe. Le haut ( corsage) , le bas d'une robe ( jupe) . Robe longue, courte. Robes à crinoline, à paniers, portées autrefois. Robe étroite. fourreau. Une petite robe noire. Robe chemisier. Robe chasuble. Robe décolletée, montante. « Je vous vois encore ! En robe d'été Blanche et jaune avec des fleurs de rideaux » (Verlaine). Robe de plage. Robe de cocktail, du soir. Robe habillée. Robe à traîne. Robe de mariée. Robe de grossesse. ROBE-TABLIER :tablier qui sert de robe. Des robes-tabliers. IIPar anal.
1(1546) Enveloppe (de fruits ou légumes). La robe d'une fève, d'un oignon, de la garance.
2(1640) Pelage (de certains animaux). La robe d'un cheval. « Les chevaux étaient au fond, attachés à la barre, la robe nue et frémissante » (Zola). La robe d'un chat.
3(1730) Feuille de tabac qui constitue l'enveloppe extérieure du cigare. cape.
4Couleur (du vin rouge). Ce vin offre une belle robe. « La robe importe mais c'est la saveur qui compte en premier » (Linze).
⊗ HOM. Rob.

robe nom féminin (germanique rauba, butin) Vêtement féminin composé d'un corsage et d'une jupe d'un seul tenant. S'emploie suivi d'un nom en apposition, qui en précise la forme : Robe-chemisier. Vêtement d'une seule pièce, couvrant le corps jusqu'aux genoux ou aux pieds, porté par les hommes à certaines époques et dans certaines civilisations. Vêtement ample et long que portent les magistrats, les avocats dans l'exercice de leurs fonctions, les professeurs de l'enseignement supérieur dans certaines circonstances, les moines, les évêques, les cardinaux, etc. Littéraire. Profession des gens de justice : Les gens de robe. Pelage d'un mammifère (surtout cheval ou bovin), défini par sa couleur. Couleur du vin. Synonyme de cape (d'un cigare) et de jupe (d'un réservoir). ● robe (citations) nom féminin (germanique rauba, butin) Jean Follain Canisy, Manche, 1903-Paris 1971 La robe est parfois plus humaine que le corps. Usage du temps Gallimard Jean de La Fontaine Château-Thierry 1621-Paris 1695 D'un magistrat ignorant C'est la robe qu'on salue. Fables, l'Âne portant des reliques robe (difficultés) nom féminin (germanique rauba, butin) Emploi Pommes de terre en robe de chambre ou en robe des champs, cuites dans leur peau sous la cendre ou dans l'eau bouillante. La variante en robe des champs, plus tardive, représente selon toute vraisemblance une correction abusive de en robe de chambre. Quoi qu'il en soit, elle est passée dans l'usage et on emploie aujourd'hui l'expression indifféremment sous ses deux formes. ● robe (expressions) nom féminin (germanique rauba, butin) Lieutenant criminel de robe courte, officier adjoint au prévôt de Paris et spécialisé dans la recherche et la capture des malfaiteurs. (Sa fonction exista de 1526 à 1783.) Pommes de terre en robe de chambre ou en robe des champs, pommes de terre cuites avec leur peau et servies telles. ● robe (homonymes) nom féminin (germanique rauba, butin) rob nom masculinrobe (synonymes) nom féminin (germanique rauba, butin) Vêtement ample et long que portent les magistrats, les avocats...
Synonymes :
Pelage d'un mammifère (surtout cheval ou bovin), défini par sa...
Synonymes :
Synonymes :

robe
n. f.
rI./r Vêtement féminin avec ou sans manches, comportant un corsage et une jupe d'un seul tenant.
|| (Afr. subsah.) Robe-boubou: robe ceinturée devant et à dos flottant.
Robe-pagne: robe en cotonnade pour pagne, de coupe européenne.
|| (Nouv.-Cal.) Robe mission ou robe popinée: robe ample de coton très léger, imprimé de fleurs aux couleurs vives et bordé de dentelle, que les femmes canaques portent étoffée de jupons.
rII./r
d1./d Long vêtement porté par les juges et les avocats dans l'exercice de leurs fonctions, par les professeurs d'université dans les cérémonies officielles, et par certains ecclésiastiques.
d2./d Robe de chambre: vêtement d'intérieur à manches, long et ample.
rIII/r
d1./d Pelage de certains animaux (cheval et boeuf, notam.).
d2./d Enveloppe de certains légumes, de certains fruits. La robe d'un oignon.
d3./d Feuille de tabac enveloppant un cigare.
d4./d Couleur (d'un vin, d'un cheval).

⇒ROBE, subst. fém.
Vêtement de dessus, d'un seul tenant, généralement pourvu de manches, descendant jusqu'aux genoux ou jusqu'aux pieds avec une forme et une ampleur variable selon l'époque, le pays, la mode et la personne qui le porte.
A. — Vêtement long, porté habituellement par les hommes et par les femmes.
1. [À une époque hist.: Antiq., Moy. Âge et, de nos jours, en Orient, Extrême-Orient] Synon. tunique. Robe médique, royale; robe des Perses; robe de pourpre, d'écarlate; robe blanche, robe de lin des lévites, des prêtres; robe des derviches, des bonzes. L'Asiatique, à la robe traînante, à la longue barbe, à la tête rase, et au turban rond (VOLNEY, Ruines, 1791, p. 137). [Le dauphin] se revêtit du deuil royal, et se rendit solennellement à la messe en robe violette (BARANTE, Hist. ducs Bourg., t. 4, 1821-24, p. 381).
[P. allus. à Jean XIX, 23] La robe sans couture(s) (du Christ). Vêtement qui fut tiré au sort par les soldats au pied de la croix et qui est une figure de l'unité de l'Église (v. couture I B). Synon. tunique. Contre les schismes et les hérésies, il [Joseph de Maistre] veut refaire « la robe sans coutures » d'une Église enfin catholique (CAMUS, Homme rév., 1951, p. 236).
[P. allus. à Matth. XII, 11-12] La robe nuptiale (traduite encore par vêtement, habit de noces). Vêtement porté par les invités des noces juives symbolisant les dispositions du cœur de celui qui est convié au banquet sacré. Quelle est la main qui me revêt de la robe nuptiale? Je me suis approché de l'autel d'or (SAINT-MARTIN, Homme désir, 1790, p. 101).
[P. réf. à la légende d'Hercule] Robe de Déjanire ou robe de Nessus. Robe trempée du sang du centaure Nessus agissant comme philtre d'amour que Déjanire abusée fit porter à Hercule et qui causa indirectement la mort du héros en s'attachant à sa chair et en la brûlant. L'infortuné voit une lèpre épaisse couvrir tout son corps; ses vêtements s'attachent à sa chair, comme la robe de Déjanire (CHATEAUBR., Martyrs, t. 3, 1810, p. 177). Je n'envisage que le côté frivole de nos métamorphoses; je ne veux enlever que l'habit; et ce n'est pas ma faute si, comme la robe du centaure Nessus, il s'attache à la peau (JOUY, Hermite, t. 4, 1813, p. 251).
ANTIQ. ROMAINE. Vêtement des anciens Romains. Synon. toge.
Robe prétexte. V. prétexte2.
Robe virile. Robe que les jeunes Romains revêtaient à l'âge d'homme en quittant la robe prétexte. Prendre la robe virile. Prendre la robe virile (p. méton.). Devenir adulte. Louvain toutefois devient peu à peu le foyer principal, jusqu'au jour où le plus jeune des Arnauld aura pris la robe virile (BREMOND, Hist. sent. relig., t. 4, 1920, p. 106).
P. anal. Vêtement porté dans certaines circonstances. Robe rouge de pénitent. Vilar est fait pour porter la robe tragique: tunique longue ou toge, plis et surplis (SERRIÈRE, T.N.P., 1959, p. 115).
2. Vêtement long et à manches porté comme signe d'appartenance à un état, à une fonction ou à une profession inspirant l'autorité et le respect. Prendre la robe; quitter la robe. V. aventurier ex. 7. P. méton. Personne de cet état, de cette profession:
1. ... on assemble proverbialement les trois robes noires, le prêtre, l'homme de loi, le médecin: l'un panse les plaies de l'âme, l'autre celles de la bourse, le dernier celles du corps; ils représentent la société dans ses trois principaux termes d'existence: la conscience, le domaine, la santé.
BALZAC, Méd. camp., 1833, p. 59.
a) Vêtement porté par les ministres de certaines religions. Synon. froc, soutane. Robe blanche du pape; robe noire des prêtres; robe rouge des cardinaux; robe des moines. À la porte, une façon de saint Antoine (...) vêtu d'une robe de laine brune et chaussé de sandales. Un capucin (BARRÈS, Cahiers, t. 6, 1907, p. 197). Bien qu'ils fussent les ministres de ma confession, ils m'étaient [les prêtres] plus étrangers que les pasteurs, à cause de leur robe et du célibat (SARTRE, Mots, 1964, p. 82). V. marmotter ex. de Bertrand.
P. méton.
) Souvent péj. Robe noire. Prêtre. [Philis] sans cesse en conférence avec des robes noires, véritable exécuteur des volontés de la congrégation (ZOLA, Vérité, 1902, p. 90).
) [Avec un poss.] La condition ecclésiastique. Je porte respect à sa robe (Ac. 1798-1935). Remarquez [dit M. Pirard, prêtre] qu'il n'y a de fortune, pour un homme de notre robe, que par les grands seigneurs (STENDHAL, Rouge et Noir, 1830, p. 235).
) Ordre religieux. Oratoriens, sulpiciens, religieux et religieuses de toute robe (BREMOND, Hist. sent. relig., t. 3, 1921, p. 427).
(Jésuite) de robe courte (vieilli). Séculier affilié à la société de Jésus; péj., celui qui adopte les manières, les opinions attribuées aux jésuites. Sainte-Agathe: Qu'entendez-vous par robe courte? Madame Hélier: Ce que tout le monde entend! les laïques comme vous, affiliés comme vous (...) à ces messieurs (AUGIER, Lions, 1870, p. 170).
b) Vêtement ample des professeurs, des universitaires, généralement garni de l'épitoge et portant les insignes de leur spécialité et de leur grade, actuellement porté par dessus le vêtement ordinaire dans les cérémonies solennelles de l'université. Synon. toge. Le médecin, en robe noire, en grande perruque (JOUY, Hermite, t. 4, 1813, p. 282). Professeur, dans sa robe en satin écarlate doublé d'hermine (PROUST, Guermantes 2, 1921, p. 459). [P. Valéry] m'a montré ses portraits « en anglais » (avec sa robe de docteur d'Oxford et dans diverses attitudes) (LARBAUD, Journal, 1931, p. 256).
c) Vêtement ample et long des magistrats, des gens de justice dans l'exercice de leur fonction. Avocat(e) en robe; magistrats en robe rouge. Que dire des juges? Ils font leur métier, qui n'est pas beau. Ils se mettent des toques d'or et d'argent, des robes noires ou rouges, de l'hermine en peau de lapin (CLEMENCEAU, Vers réparation, 1899, p. 105). Arrêts rendus en robes rouges. Arrêts solennels que rendent les juges portant la robe rouge. (Dict. XIXe et XXe s.).
P. méton.
) Personne qui porte cette robe; magistrat. [L'assassin] a tout vu! la cour d'assises, les robes rouges, et le couteau triangulaire. Quand même, il a marché, il a frappé! (FARRÈRE, Homme qui assass., 1907, p. 281).
) Profession des gens de justice. Famille de robe. Un tel a quitté la robe pour prendre l'épée (Ac. 1798-1935). Il avait su éviter la tare héréditaire de la vieille bourgeoisie de robe: il n'était pas pécuniairement intéressé (MARTIN DU G., Devenir, 1909, p. 14). Vous, monsieur [un huissier], qui êtes de robe (...) vous savez peut-être ce que ça peut coûter, au point de vue légal, s'entend, quand on se laisse aller à certaines libertés. Par exemple: une paire de gifles? (DUHAMEL, Jard. bêtes sauv., 1934, p. 165).
Gens de robe. V. gens1. Noblesse de robe.
♦ [Avec ou sans maj.] La robe. Ensemble des personnes exerçant la magistrature. Les prétentions de la robe, l'esprit de la robe (Ac. 1798-1935). Toutes les branches du pouvoir exécutif sont tombées aussi dans la caste qui fournit l'Église, la Robe et l'Épée (SIEYÈS, Tiers état, 1789, p. 35). Haute robe. Première magistrature du pays. (Dict. XIXe et XXe s.). Ancienne robe. Magistrature ancienne dans une famille (Dict. XIXe et XXe s.).
d) Vx. Robe courte. [P. oppos. à la robe longue portée par le clergé et la magistrature] Robe portée par ceux qui appartenaient à la prévôté et exerçaient des fonctions de surveillance policière. (Juge) de robe courte. Juge, prévôt, maréchal, lieutenant, officier non gradué qui jugeait l'épée au côté. (Dict. XIXe s.). Gens de robe courte. Le greffier s'étant retiré (...), le lieutenant de robe courte introduisit M. Guerot (BALZAC, Œuvres div., t. 1, 1830, p. 558). Des alguazils de robe courte. V. alguazil ex. 3.
B. — 1. Vêtement féminin d'une seule pièce ou composé d'un corsage et d'une jupe attenante de forme, de longueur et d'ampleur variables. Belle, jolie robe; enfiler, mettre une robe; changer de robe; aimer les robes. Ses modestes petites robes si peu coûteuses et pourtant si élégantes (THEURIET, Mariage Gérard, 1875, p. 157):
2. Il faut te reposer. Écris-moi! Pense à moi!
Et puis ne mets pas tant cette robe nouvelle.
Elle te va si bien! Je ne suis pas jaloux.
Mais, là-bas, tu n'as pas besoin d'être si belle.
L'air te la fanera. Garde-la donc pour nous.
GÉRALDY, Toi et moi, 1913, p. 109.
Baiser la robe, l'ourlet de la robe d'une femme (en signe de respect). On te saluerait très bas, on baiserait l'ourlet de ta robe (TRIOLET, Prem. accroc, 1945, p. 167).
Couper les robes (à une femme) (au Moy. Âge, punition déshonorante). La malheureuse créature (...) se mit à leur reprocher leur crime. Le bâtard, à qui ces clameurs déplaisaient, lui fit couper ses robes (BARANTE, Hist. ducs Bourg., t. 4, 1821-24, p. 347).
P. méton. Femme. Je vous dois d'avoir eu tout au moins, une amie. Grâce à vous une robe a passé dans ma vie (ROSTAND, Cyrano, 1898, V, 6, p. 222). Debout toutes deux (...), elles me considérèrent. La robe jaune, au bout d'un temps de réflexion, jacassa quelque chose à l'intention de la robe verte (FARRÈRE, Homme qui assass., 1907, p. 259).
SYNT. Robe neuve, simple, superbe; vieille robe; robe de couturière, de grand couturier; corsage, jupe, manche, ourlet, pli, pan d'une robe; coupe, façon d'une robe; modèle, patron de robe; bruissement, frou-frou d'une robe; passer, revêtir une robe; dégrafer, enlever, ôter une robe; acheter, bâtir, copier, coudre, couper, faire, tailler une robe.
2. [Avec un déterm. précisant]
[la couleur, l'impression] Robe blanche, bleue, écossaise, à carreaux, à fleurs, à ramages. Avenante et simple dans sa petite robe noire, l'actrice se présenta (VOGÜÉ, Morts, 1899, p. 327).
[le tissu] Robe de cachemire, de faille, de gaze, de lainage, de laine, de liberty, de lin, de moire, de mousseline, de percale, de popeline, de satin, de taffetas, de toile, de tulle, de velours. Beau costume breton des fêtes, la grande coiffe et la robe de drap noir à broderies de soie (LOTI, Mon frère Yves, 1883, p. 20). Sa robe de crêpe de Chine, toute neuve, qui tombait bien (R. BAZIN, Blé, 1907, p. 164).
[la forme] Robe ample, bouffante, collante, courte, décolletée, droite, flottante, longue, montante, plissée; robe à falbalas, à taille haute, basse, à volants. Robes grecques, qui dessinent si bien le corps, et le font paraître avec toutes ses grâces naturelles (BERN. DE ST-P., Harm. nat., 1814, p. 335). Les vêtements féminins [vers 1871] consistent en robes chargées de passementeries et de copieux drapés, commençant sur le devant, pour finir sur le pouf (VILLARD, Hist. cost., 1956, p. 100). HIST. DU COST. Robe Empire ou empire; robe polonaise; robe à crinoline, à paniers (v. panier), à vertugadin.
Robe longue. Robe habillée descendant jusqu'aux pieds. Dis-lui, mon gros, que, ce soir, elle ne mette pas de robe longue. C'est un dîner de départ et on ne s'habille pas (DUHAMEL, Suzanne, 1941, p. 303).
Robe princesse.
Robe à queue ou à traîne. Robe longue dont l'arrière traîne à terre. Les robes à queue se montraient rebelles et s'égaraient dans les jambes des cavaliers (REYBAUD, J. Paturot, 1842, p. 226). P. méton., vx. Queue d'une robe. Cette princesse dit à son page: Prenez ma robe, portez ma robe (Ac. 1798-1878).
[la destination] Robe habillée; robe de première communion; robe du dimanche, de tous les jours; robe d'été, de demi-saison; robe de deuil, de grossesse, de plage; robe à danser. Une fille de douze ans en première communiante. Sa robe et son voile blancs ont déjà fait rire (ARAGON, Beaux quart., 1936, p. 343).
Robe nuptiale, de mariée, de noces. Robe généralement blanche portée par la mariée le jour des noces. Robe de mariée, toute de dentelles et de perles (ZOLA, Rêve, 1888, p. 207).
Robe de bal, du soir, de soirée. Robe plus ou moins longue, décolletée, en tissu somptueux ou ouvragé. L'époque est aux sports (...) mais les robes de cocktail, du soir et de cérémonie, conservent le sens de la toilette (VILLARD, Hist. cost., 1956, p. 102).
Robe de cocktail. Robe habillée réservée aux réunions de fin d'après-midi. La robe de cocktail (...) a été créée par les couturiers, il y a quelque vingt ans, pour répondre aux exigences nouvelles nées de l'habitude de se réunir en fin de journée pour « boire un verre » entre amis (Le Figaro, 22 nov. 1951, p. 10, col. 6).
Robe d'intérieur. Robe portée à la chambre, à la maison. Synon. douillette, robe de chambre, peignoir. La traîne de la longue robe d'intérieur la suivait, une robe qui avait des manches bouffantes (TRIOLET, Prem. accroc, 1945, p. 51).
En robe détroussée (vx). [P. allus. à la traîne de la robe qu'on laisse retomber] V. détrousser A.
3. Poét., littér. Parure dont se revêt la nature, une chose. Robe d'azur, de neige; robe d'un lis, d'une rose. Mme de Caud me disait (...) que mes vers étaient rayonnants, qu'ils étaient revêtus d'une robe de lumière (CHÊNEDOLLÉ, Journal, 1804, p. 7). La nuit brune Revêt sa robe étoilée (CROS, Coffret Santal, 1873, p. 24).
C. — Vêtement porté par les personnes des deux sexes.
1. Vêtement porté par les petits enfants, encore en usage pour les garçons au début du XXe s. jusqu'à la « première culotte ». Robe de bébé. Ces mioches de deux ou trois ans étaient tous en robe et ils parlaient mal. Beaucoup n'avaient pas plus une tête de garçon qu'une tête de fille (FRAPIÉ, Maternelle, 1904, p. 23).
Robe de baptême. Long vêtement blanc porté par un enfant au jour de son baptême. Une robe de baptême, plissée et garnie d'une petite dentelle (ZOLA, Assommoir, 1877, p. 472).
P. métaph. ou au fig. [P. allus. à la robe blanche des baptisés] Robe d'innocence. État de pureté de celui, celle qui n'est pas souillé par le mal. Le baptême efface tous les forfaits, et rend la robe d'innocence à celui qui le reçoit (DUPUIS, Orig. cultes, 1796, p. 569). J'avais souillé ma robe d'innocence en votant un jour contre le ministère: cette tache ne s'effaça plus (REYBAUD, J. Paturot, 1842, p. 387).
2. Robe de chambre. Vêtement d'intérieur long, à manches, ouvert sur le devant et maintenu fermé par une ceinture ou un boutonnage. Synon. (pour les femmes) déshabillé, douillette, peignoir. Vieille robe de chambre; robe de chambre en/de laine, en/de soie, en/de velours. Une robe de chambre en soie verte à fleurs d'or et à dessins antiques (BALZAC, E. Grandet, 1834, p. 76). Henriette (...) enfilait sa robe de chambre chaude, enfonçait ses pieds dans des pantoufles de feutre (TRIOLET, Prem. accroc, 1945, p. 143).
ART CULIN. Pommes de terre en robe de chambre/en robe des champs. Pommes de terre cuites à l'eau entières et servies dans leur peau. Mme Rezeau nous a pourvu d'œufs durs, de salade de haricots et de pommes de terre en robe de chambre (je proteste au passage; on devrait dire: pommes de terre en robe des champs) (H. BAZIN, Vipère, 1948, p. 144).
3. Robe de nuit (vieilli). Longue chemise de nuit. Synon. chemise de nuit. Hier, elles m'ont caché ma robe de nuit, et j'ai failli rester toute nue dans le cabinet de toilette (COLETTE, Cl. école, 1900, p. 140).
D. — P. anal.
1. Enveloppe des fruits ou des légumes. Robe de la fève, du pois; robe de la garance. Petites fèves tendres avec leur robe (AUDOT, Cuisin. campagne et ville, 1896, p. 333). Synon. pelure (de l'oignon), peau (de la fève). V. oignon ex. 1.
Robe de sergent. Prune cultivée à Agen, destinée à la préparation des pruneaux et de couleur violette comme la robe des sergents de justice sous l'Ancien Régime (d'apr. BRARD 1838 et FÉN. 1870).
2. Pelage ou plumage des animaux considéré du point de vue de leur couleur ou de leurs particularités. Robe d'un bœuf, d'un chat, d'un chien, d'une panthère. Fuseline, la petite fouine à la robe gris-brun (PERGAUD, De Goupil, 1910, p. 89). La robe uniformément blanche ou crème sans tache [du taureau charolais] (WOLKOWITSCH, Élev., 1966, p. 78).
En partic.
♦ ,,Ensemble des poils et des crins répartis sur le corps du cheval, qui obéit à une classification de base rigoureuse et à une classification de détail un peu plus souple`` (TONDRA Cheval 1979). Tous les autres appartenaient à la race de Blankenbourg, ces chevaux à la robe argentée, les yeux, les naseaux et les sabots roses (BOURGES, Crépusc. dieux, 1884, p. 53). Et sa robe donc! (...) je vous défie de l'appareiller, ce cheval-là! (...) il n'est pas alezan, il est blond doré (GYP, Gde vie, 1891, p. 13).
♦ Quantité de laine fournie par la tonte d'un mouton. (Ds Lar. Lang. fr., Lexis 1975).
3. Région. (Canada). Robe de carriole. Fourrure que l'on utilise l'hiver comme couverture de voyage. Marie (...) étendit les robes de carriole sur le dossier de deux chaises, tout près du poêle (L. VIEN-BEAUDET, Le Bois des quatre lieues, 1955, p. 31 ds Richesses Québec 1982, p. 2024).
4. ŒNOL. Couleur du vin. Un vin du Rhin dont la robe vermeille jaunissait de vieillesse (GAUTIER, Albertus, 1833, p. 168). Une omelette baveuse et deux litres de vin d'une robe de toute beauté (GIONO, Baumugnes, 1929, p. 86). V. riesling ex. de Rustica.
5. TECHNOL., vieilli. Ce qui enveloppe, enrobe quelque chose.
a) Feuille de tabac qui enveloppe le cigare. Synon. cape1. Un cigare est toujours composé d'un intérieur d'une sous-cape et d'une cape ou robe (WURTZ, Dict. chim., t. 3, 1878, p. 182).
b) Partie superficielle du contour d'un pain de sucre. Le sucre est plus pur dans la robe du pain que dans le centre (LITTRÉ).
c) ,,Boyau qui recouvre une andouille`` (CHESN. t. 2 1858).
d) ,,Feuille de papier qui recouvre le carton`` (CHESN. t. 2 1858).
REM. 1. Robe-, 1er élém. de compos., entrant dans la constr. de subst. fém. désignant gén. un vêtement. V. robe(-)bain-de-soleil (v. soleil), robe(-)chasuble (v. chasuble), robe(-)sac (v. sac); et aussi: a) Robe-chemise, robe-chemisier. Robe dont le corsage a la coupe d'une chemise, d'un chemisier. Robe-chemise ouverte en triangle au milieu de la poitrine (GONCOURT, Journal, 1891, p. 133). Renouvelée aussi, la robe-chemisier, légèrement blousante, à manches bouffantes (Marie-Claire, juin 1969, p. 147). b) Robe-fourreau. Robe droite ajustée à la taille. Elle ne voulut pourtant pas changer sa robe-fourreau noire. « En robe rose, je ne me supporterais point dit-elle (...) » (POURRAT, Gaspard, 1930, p. 24). c) Robe-manteau, robe-tailleur. Robe dont la coupe rappelle celle du manteau, du tailleur et pouvant être portée à l'extérieur. Robes-manteaux, très étudiées dans leurs conceptions et leurs détails (L'Œuvre, 24 févr. 1941). Jupes, manteaux, robes-tailleur, au boutonnage tout du long, derrière (L'Œuvre, 3 mars 1941). d) Robe-pull. Robe de lainage ayant l'aspect d'un long pull. Dans les tricots, Jacqueline Coq étire ses robes-pulls en sept coloris vifs ou classiques (Le Monde loisirs, 11 févr. 1984, p. XII). e) Robe(-)tablier. (Robe tablier, Robe-tablier) Blouse servant de robe, agrémentée ou non d'un tablier. Grand retour de la robe tablier. Elle est en viscose, larges bretelles croisées et boutonnage dos (Avantages, mars 1990, p. 31). f) Robe-redingote. V. redingote B 1 a ex. de Balzac. g) Robe-tonneau, robe(-)tube.(robe tube, robe-tube) Robe ayant le même diamètre de la poitrine à l'ourlet. On raffole cette année de la robe-tonneau dont le joli abandon nous donne à toutes un amusant petit cachet de rare distinction (PROUST, Temps retr., 1922, p. 725). Aujourd'hui en robe tube, la femme adoptera peut-être, l'hiver prochain, la ligne « œuf » (L'Express, 19 avr. 1976, p. 143, col. 1). h) Robe-tunique. Robe de coupe simple rappelant les tuniques antiques. Ligne droite des robes-tunique (L'Œuvre, 19-20 mai 1941). 2. -robe, 2e élém. de compos., entrant dans la constr. de subst. fém. V. garde-robe, mini-robe (s.v. mini- A).
Prononc. et Orth.:[]. Homon. rob1 et 2. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. 1155 « butin, dépouille de guerre » (WACE, Brut, 1047 ds T.-L.); 2. 1155 « biens mobiliers qui sont à l'usage d'une personne » (ID., ibid., 223 et 725, ibid.); 3. a) ca 1165 « ensemble de vêtements taillés dans une même étoffe, habillement complet composé de plusieurs pièces, à l'exclusion de la chemise » (Troie, éd. L. Constans, 13330); b) 1165-70 « vêtement féminin de dessus, d'un seul tenant, avec manches, couvrant le corps jusqu'aux pieds » (CHRÉTIEN DE TROYES, Erec et Enide, éd. M. Roques, 406); c) 1280 robe linge « chemise d'homme » (PHILIPPE DE BEAUMANOIR, Jehan et Blonde, éd. H. Suchier, 5907); d) 1387 (et non 1368 comme l'indique FEW t. 16, p. 675a) robe a relever « robe de chambre, longue chemise de nuit » (A.N. KK 18, f ° 13); ca 1462 robe de nuyt (Cent Nouvelles nouvelles, éd. F. P. Sweetser, Nouv. 17, p. 119); 1576 robe de chambre (SASBOUT, Dict. flam.-fr., s.v. winter tabbaert ds Fonds BARBIER); 1596 (HULSIUS); 1870-71 fig. des pommes de terre en robe de chambre (LITTRÉ); 1938 pommes de terre en robe des champs (MONT.-GOTTSCHALK); e) 1636 robe d'enfant « vêtement d'enfant » (MONET); 4. a) ca 1160 « vêtement de religieux » (Moniage Guillaume, I, 184 ds T.-L., ici dans l'expr. prendre la robe « devenir moine »); 1269-78 la robe ne fet pas le moine expr. corresp. au fr. mod. l'habit ne fait pas le moine (JEAN DE MEUN, Rose, éd. F. Lecoy, 11028); b) 1530 homme de robe longue « homme de loi » (PALSGR., p. 238); c) 1642 « la profession des gens de judicature » (CORNEILLE, Le Menteur, I, 1); 5. fig. 1553 « parure dont semblent se revêtir la nature, les végétaux, etc. » (RONSARD, Ode à Cassandre, 3 ds Œuvres, éd. P. Laumonier, t. 5, p. 196); 6. p. anal. a) 1546 « enveloppe extérieure de certains légumes, de certains fruits (fève, oignon, noisette, etc.) » (RABELAIS, Tiers Livre, chap. 49, éd. M. A. Screech, p. 329); b) ca 1640 « poil, plumage de quelques animaux (chat, chien, cheval, oiseau) sous le rapport de la couleur » (VOITURE, Lettre, 91 ds LITTRÉ); c) technol. 1679 « boyau qui recouvre une andouille » (RICH.); 1730 « grande feuille de tabac qui forme l'extérieur du cigare » (SAVARY); 1833 « couleur du vin » (GAUTIER, loc. cit.); 1870-71 « partie superficielle d'un pain de sucre » (LITTRÉ). Empr. au germ. occ. rauba « butin » (dérober) d'où « vêtement dont on a dépouillé quelqu'un ». Robe a souvent en a. fr. et jusqu'au XVIe s. le sens de « butin » (GDF., HUG.). Pomme de terre en robe de chambre, l'expr. s'explique par le sens de « enveloppe, peau » du mot robe (supra 6 a). La pomme de terre dans sa robe, en robe, est celle qui n'a pas été pelée. Quant à l'expr. pomme de terre en robe des champs, elle semble une déformation ou une corr. voulue de la précédente. Fréq. abs. littér.:8 327. Fréq. rel. littér.:XIXe s.: a) 9 224, b) 17 440; XXe s.: a) 13 747, b) 9 929.
DÉR. Robette, subst. fém. Petite robe de fillette. Bons articles Redoute (...) pour enfant de 12 à 18 mois. (...) Robette manches longues en blanc, ciel ou rose (Catal. La Redoute, automne-hiver 1951-52, p. 7). []. 1res attest. a) ca 1465 robbette « petite robe » (CHASTELLAIN, Chronique, éd. Kervyn de Lettenhove, t. 4, p. 279), b) 1679 « chemise de laine que les chartreux portent sur la peau » (RICH.); dimin. de robe, suff. -ette (-et).
BBG. — HASSELROT 1957, p. 172 (s.v. robette). — HOPE 1971, p. 220. — HOTIER Cirque 1973 [1972], p. 74. — QUEM. DDL t. 16, 18, 33 (s.v. robe demi tailleur). — VIDOS (B. E.) Contribution à l'ét. du lex. fr. Fr. mod. 1940, t. 8, p. 352.

robe [ʀɔb] n. f.
ÉTYM. XIIe; d'un germanique rauba « butin », d'où « vêtement dont on a dépouillé qqn »; robe a souvent en anc. franç. et jusqu'au XVIe le sens de « butin ». → Dérober.
———
I Vêtement de dessus, d'un seul tenant, recouvrant la majeure partie du corps, des épaules ou du buste jusqu'aux genoux et aux pieds, avec ou sans manches, de forme et d'ampleur très variables suivant l'époque (et la mode), les pays ou la destination.
A (Vêtement masculin).
1 Anciennt (Antiquité, moyen âge) et en Orient. || Robe prétexte, robe virile. Toge. || Prince revêtu de la robe médique aux manches évasées (→ 1. Faste, cit. 6). || Robe de roi (→ Guillocher, cit. 3; histrion, cit. 5). || Robe longue de Panurge (→ Haut-de-chausses, cit. 1). || Maharajah (cit.) en robe de velours. || Turcs en longue robe (→ Égrener, cit. 1; étaler, cit. 8). Cafetan.
1 Télémaque, voyant qu'on lui avait destiné une tunique d'une laine fine dont la blancheur effaçait celle de la neige et une robe de pourpre avec une broderie d'or (…)
Fénelon, Télémaque, I.
2 Ils étaient vêtus tous quatre de robes mi-parties jaune et blanc, qui ne se distinguaient entre elles que par la nature de l'étoffe; la première était en brocart (…) la deuxième en soie, la troisième en laine, la quatrième en toile (…) on pouvait lire en grosses lettres noires brodées : au bas de la robe de brocart, Je m'appelle Noblesse; au bas de la robe de soie, Je m'appelle Clergé; au bas de la robe de laine, Je m'appelle Marchandise; au bas de la robe de toile, Je m'appelle Labour. Le sexe des deux allégories mâles était clairement indiqué (…) par leurs robes moins longues (…)
Hugo, Notre-Dame de Paris, I, I, II.
2 Mod. Vêtement distinctif de certains états ou professions.
3 Ce n'est pas sans raison, mon cher monsieur, que l'on assemble proverbialement les trois robes noires, le prêtre, l'homme de loi, le médecin : l'un panse les plaies de l'âme, l'autre celles de la bourse, le dernier celles du corps (…)
Balzac, le Médecin de campagne, Pl., t. VIII, p. 365.
(V. 1190). Vêtement sacerdotal. Habit (religieux). || Robe du prêtre. Aube, soutane. || Cardinaux en robe rouge (→ Haut, cit. 33). || Robes vermillon de la maîtrise (cit. 6). || Robe de moine (cit. 2). Froc (→ Draper, cit. 14; mendiant, cit. 4). || Rabbins en robe (→ Marmotter, cit. 3).
4 Aujourd'hui, on m'a revêtu de la robe sacrée; je vais servir Dieu; j'aurai une cure et une modeste servante dans un riche village.
Rimbaud, Un cœur sous une soutane, Un an après, 1er août.
5 Il a l'anneau épiscopal, c'est un évêque, se dit Durtal qui se pencha pour discerner, sous la chasuble et sous l'aube, la couleur de la robe. Elle était blanche, c'est un moine, reprit-il ahuri (…)
Huysmans, En route, II, IV.
(1530). || Robe de professeur d'Université, aujourd'hui uniquement portée dans les cérémonies officielles (→ 2. Massier, cit. 1). Épitoge. || Grandes robes de pédants (cit. 2, Pascal). || Examinateurs (cit. 1) en robe rouge.Anciennt. || Robe de médecin (→ De, cit. 58; noir, cit. 4).
Robe de magistrat (→ Apparat, cit. 2; emmailloter, cit. 6; hermine, cit. 6). Chaperon. || « D'un magistrat ignorant (cit. 4) C'est la robe qu'on salue » (La Fontaine). || Robe d'avocat (→ Bâtonnier, cit. 1). || Procureur en robe (→ Forme, cit. 75). || Porter la robe (→ Garde-robe, cit. 1).
6 Il faut être reconnu intact et pur, avant d'oser paraître sous la robe ou le mortier; et l'audace de revêtir ces marques de dignité, si révérées dans l'homme honorable, ne sert qu'à mieux faire éclater l'avilissement d'un sujet dégradé dans l'opinion publique.
Beaumarchais, Mémoires… dans l'affaire Goëzman, p. 195.
(1643). Anciennt. || La robe : un des états (cit. 84) sous l'Ancien Régime (hommes de loi, justice). → Aviver, cit. 6. || Homme, gens de robe (→ Avilissement, cit. 2; manière, cit. 42).(1772). || Année de robe : année judiciaire (→ Multiplicité, cit. 1). || Noblesse de robe, conférée par la possession de certains offices de judicature. || Homme de robe. Robin.
7 M. Myriel était fils d'un conseiller au parlement d'Aix; noblesse de robe.
Hugo, les Misérables, I, I, I.
8 Et en même temps mademoiselle Anne-Marie de la Trimouille, par sa mère, était presque bourgeoise, une bourgeoise de Paris; sa mère, Aubry de son nom appartenait à une ancienne famille de robe et de finances.
Sainte-Beuve, Causeries du lundi, 16 févr. 1852.
B (Vêtement féminin). Plus cour. || Mettre (cit. 31), avoir, porter une robe (→ Léger, cit. 9; ottoman, cit. 4). || Tu mets une robe, ou une jupe et un chemisier ? ( Jupe). || Ôter, dégrafer sa robe. || Bâtir, faire, tailler une robe (→ Avantager, cit. 2; indienne, cit. 1; mannequin, cit. 3). || Modèle, patron (cit. 1), façon (cit. 8), coupe d'une robe. || Robe de couturière, de grand couturier; de confection. || Une petite robe sans prétention, bon marché. || Corsage, jupe (cit. 3), pans d'une robe. || Doublure (cit. 1 et 2), garniture d'une robe. || Robe longue, courte (→ 2. Fichu, cit.; grisette, cit. 3). || Robe ample, flottante (→ Écrouler, cit. 4; forme, cit. 27). Domino.Anciennt. || Robe à crinoline, à paniers, à vertugadin. || On a appelé lévites certaines robes longues (au XIXe siècle).Robe étroite, collante (cit. 1; et → Fuseler, cit.; mouler, cit. 7). Fourreau (cit. 7). || Robe entrave. || Robe plissée, à plis. || Robe décolletée, échancrée (cit. 2; et → Dentelle, cit. 3), montante (→ 1. Friper, cit. 1). || Robe qui ne va pas, qui gode, qui grimace. || Robe qui tombe bien. || Robe princesse. || Robe d'après-midi, de cocktail, du soir, de bal… (→ Parement, cit. 2; modéliste, cit.). || Robe à traîne, traînante, à queue (→ Oripeau, cit. 2), à falbalas (cit. 1). || Robe habillée, simple, sport. || Robe d'hiver, de demi-saison, d'été, de plage; robe bain-de-soleil… ( Toilette). || Robe de mariée, de noce (→ Immortelle, cit. 1). || Robe de grossesse. || Robe de première communion. aussi Aube.Robe de lainage, de laine (→ Purée, cit. 2), de soie (→ Ondé, cit. 1), de mousseline (cit. 2), de satin (→ Frissonner, cit. 14), de toile… || Robe blanche (cit. 4), noire…, claire, sombre… (→ Canotier, cit. 3; cou, cit. 9), à carreaux (→ 2. Plaid, cit. 2), écossaise… || Robe ancienne, de style (→ Pastiche, cit. 5), empire (→ Nacarat, cit. 2)… || Frôlement (cit. 2), frou-frou (cit. 2) d'une robe.Porter des robes, la robe. || Elle préfère les pantalons aux robes.
9 (…) sa robe, aussi courte que celle des Suissesses du canton de Berne, était de drap brodé, et laissait voir des jambes fines et nerveuses (…)
Th. Gautier, Voyage en Espagne, p. 67.
10 Je vous vois encore ! En robe d'été
Blanche et jaune avec des fleurs de rideaux.
Verlaine, Romances sans paroles, « Paysages belges », Birds in the night.
11 Il en est des phrases affectées et qui veulent être neuves comme des robes qui sortent de chez les grands couturiers : elles ne durent qu'une saison.
France, le Jardin d'Épicure, p. 104.
12 (…) je me rappelle, en effet, que j'ai eu une robe rouge : c'était du satin rouge comme on en faisait à ce moment-là. Oui, une jeune fille peut porter ça à la rigueur, mais vous m'avez dit que la vôtre ne sortait pas le soir. C'est une robe de grande soirée, cela ne peut pas se mettre pour faire des visites.
Proust, la Prisonnière, Pl., t. III, p. 38.
13 Mme Maillet — qui s'habillait bien — faisait elle-même ses robes, en se jouant. Elles étaient simples, pimpantes, d'étoffes fines, légères au corps. Et ce corps, brun et lisse, on l'y devinait; il les faisait vivre. Une fronce par-ci, une pince par-là, un pli, un bouffant, une ganse, et l'oiseau volait, tout plaisir et désir de plaire, d'un élan gracieux, vif, irrésistible.
H. Bosco, Antonin, p. 222.
14 Je suis le cheveu que les couturières cachaient autrefois
dans l'ourlet de la robe de mariée.
pour se marier elles aussi dans l'année.
J. Prévert, la Pluie et le Beau Temps, « Intempéries ».
S'emploie comme premier élément de substantifs composés. || Robe-chemisier. || Robe-chasuble (1924). || Robe-manteau : robe qui sert de manteau. || Robe-tablier : tablier qui sert de robe. || Robe-sac : robe qui n'est pas ajustée à la taille. || Robe-tunique. || Robe-salopette. || Robe-tube.
14.1 Ce napperon brodé est, pour Solange, une « vraie valeur », alors que les voyages en avion et les robes-sacs sont des fausses valeurs.
J. Dutourd, les Horreurs de l'amour, p. 404.
14.2 Une femme enceinte, vêtue d'une robe-tablier à fleurs se dandinait le long des étalages, avec sa chevelure frisée et sale que le vent rabattait sans cesse sur sa figure.
J.-M. G. Le Clézio, le Déluge, p. 155.
En franç. d'Afrique. || Robe-boubou : vêtement féminin rappelant le boubou de cérémonie des hommes.
C (Vêtement masculin ou féminin).
1 Robe de bébé, de petits enfants (que portaient naguère les garçons comme les filles). || Robe de baptême (→ Marraine, cit. 1).
2 (1569). || Robe de chambre : long vêtement d'intérieur, à manches, non ajusté. (pour les femmes) Déshabillé, douillette (→ Grand-mère, cit. 2; langage, cit. 26; ouate, cit. 1; pois, cit. 4; relief, cit. 5). aussi Peignoir. || En robe de chambre et en pantoufles (→ Héros, cit. 36; malavisé, cit. 4). || Cordelière de robe de chambre. || Regrets sur ma vieille robe de chambre, opuscule de Diderot.
15 Sous son abri, je ne redoutais ni la maladresse d'un valet, ni la mienne, ni les éclats du feu, ni la chute de l'eau. J'étais le maître absolu de ma vieille robe de chambre; je suis devenu l'esclave de la nouvelle.
Diderot, Regrets sur ma vieille robe de chambre.
16 Elle portait une robe de chambre tout ouverte, qui laissait voir, entre les revers à châle du corsage, une chemisette plissée avec trois boutons d'or.
Flaubert, Mme Bovary, I, IX.
17 Elle allait s'habiller elle aussi, bien que j'eusse protesté qu'aucune robe « de ville » ne vaudrait à beaucoup près la merveilleuse robe de chambre de crèpe de Chine ou de soie, vieux rose, cerise, rose Tiepolo, blanche, mauve, verte, rouge, jaune unie ou à dessins, dans laquelle Mme Swann avait déjeuné et qu'elle allait ôter.
Proust, À l'ombre des jeunes filles en fleurs, Pl., t. I, p. 540.
Loc. fig. Pommes de terre en robe de chambre, cuites avec leur peau (bouillies, à la vapeur, au four…).
REM. L'expression s'explique par le sens de « enveloppe, peau » du mot robe (→ ci-dessous, II., 1.); la pomme de terre dans sa robe, en robe, est celle qu'on n'a pas pelée. Quant à l'expression pommes de terre en robe des champs, elle semble une déformation (ou une correction voulue) de la précédente, car elle n'est attestée que plus tard.
(V. 1642). Vx. || Robe de nuit : robe de chambre.
D (Mil. XVIe). Par métaphore ou fig. || « Les plis (cit. 4) de sa robe pourprée » (Ronsard). || Deux antiques (cit. 3) tilleuls cachent sous leur robe de verdure… || « L'aurore grelottante (cit. 1) en robe rose et verte » (Baudelaire). || « Rome (…) avec sa robe de siècles » (→ Législateur, cit. 4, Chateaubriand). || « La terre est assoupie en sa robe de feu » (→ Midi, cit. 1). || La « grand'robe obscure » de la nuit (cit. 11, Marot).
18 Nous l'avons eu, votre Rhin allemand.
Son sein porte une plaie ouverte,
Du jour où Condé triomphant
A déchiré sa robe verte.
A. de Musset, Poésies nouvelles, « Le Rhin allemand ».
———
II Par anal.
1 (1546, Rabelais). Enveloppe de certains fruits ou légumes. || Les pommes (cit. 2) étaient de peaux différentes, les calvilles en robe blanche… || La robe d'une fève, d'un oignon, de la garance… ( Rober).
2 (1640). Pelage (de certains animaux, en particulier, du cheval). → Cheval, infra cit. 5. || La robe d'un bœuf (cit. 5), d'un chien (→ Fox-hound, cit.; meute, cit. 2), d'une fouine (cit. 2), d'un singe (→ Distinguer, cit. 11), d'un jaguar (cit. 1), d'une panthère (cit. 1) || La robe d'un cheval, d'un pur-sang.
19 Les chevaux étaient au fond, attachés à la barre, la robe nue et frémissante, n'ayant qu'une corde nouée au cou et à la queue.
Zola, la Terre, II, VI.
3 Techn. Ce qui enveloppe. a (1723). || Robe du cigare : feuille de tabac qui enveloppe l'extérieur du cigare. Cape.
b (1870). || Robe d'un pain de sucre, sa partie superficielle.
c (1680). || Robe d'une andouille, le boyau dont elle est recouverte…
REM. Les divers sens techniques de robe, dont certains sont vieillis, sont à l'origine du verbe enrober.
4 (1870). Techn. (œnologie). Couleur (du vin). || Ce vin offre une belle robe.
DÉR. Rober, roberie, robette.
HOM. 1. Rob, 2. rob.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • robe — robe …   Dictionnaire des rimes

  • robé — robé …   Dictionnaire des rimes

  • robe — ROBE. s. f. Sorte de vestement long ayant des manches, qui est different, selon les personnes qui le portent. Robe d enfant. sa premiere robe. robe à manches pendantes. sa belle robe. sa robe des Dimanches. sa robe d à tous les jours. Robe de… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • Robe — Robe, mi pequeña historia Saltar a navegación, búsqueda Robe, mi pequeña historia Álbum de Extremoduro Género(s) Rock Robe, mi pequeña historia es el título de un álbum editado como Extremoduro. De entre los discos no oficiales del grupo,… …   Wikipedia Español

  • Robe — Sf erw. fach. (16. Jh.) Entlehnung. Entlehnt aus frz. robe. Dieses geht zurück auf eine fränkische Entsprechung zu Raub und bedeutet ursprünglich erbeutetes Kleidungsstück .    Ebenso ne. robe, nfrz. robe, nschw. rob, nnorw. robe; Garderobe. ✎ DF …   Etymologisches Wörterbuch der deutschen sprache

  • Robe — Robe, v. t. [imp. & p. p. {Robed}; p. pr. & vb. n. {Robing}.] To invest with a robe or robes; to dress; to array; as, fields robed with green. [1913 Webster] The sage Chaldeans robed in white appeared. Pope. [1913 Webster] Such was his power over …   The Collaborative International Dictionary of English

  • robe — n: the legal profession; esp: the position of a judge usu. used with the [his]...decision to decline the robe H. B. Zobel Merriam Webster’s Dictionary of Law. Merriam Webster. 1996 …   Law dictionary

  • robe — [rōb] n. [ME < OFr, robe, orig. booty, spoils < Gmc * rauba, plunder: see ROB] 1. a long, loose or flowing outer garment; specif., a) such a garment worn on formal occasions, to show rank or office, etc., as by a judge or bishop b) a… …   English World dictionary

  • robe — |ô| s. m. [Pouco usado] Arrobe. robe |ó| s. m. 1. Vestimenta comprida para ser usada em casa. = BATA 2. Vestimenta, geralmente aberta à frente, usada por cima da roupa interior ou da roupa de dormir. • Sinônimo geral: ROUPÃO   ‣ Etimologia:… …   Dicionário da Língua Portuguesa

  • Robe — Robe, n. [F., fr. LL. rauba a gown, dress, garment; originally, booty, plunder. See {Rob}, v. t., and cf. {Rubbish}.] 1. An outer garment; a dress of a rich, flowing, and elegant style or make; hence, a dress of state, rank, office, or the like.… …   The Collaborative International Dictionary of English


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.